SOLIFAP, une réponse innovante de la Fondation Abbé Pierre aux problématiques du mal-logement

La crise du logement touche de près ou de loin environ 10 millions de personnes en France (étudiants, jeunes travailleurs, gens du voyage, émigrés, etc.), qui font face à des problématiques diverses (insertion, salubrité des logements, besoin d’accompagnement, etc.).

Par ailleurs, les acteurs associatifs, en particulier dans le secteur du mal logement, font face à de nouveaux enjeux : augmenter leur capacité à produire une offre adaptée ; garantir leur pérennité financière ; améliorer l’efficacité de leur modèle associatif.

SOLIFAP a été créée par la Fondation Abbé Pierre pour mobiliser des épargnants et des investisseurs solidaires vers des secteurs de l’action sociale au profit des personnes mal logées. Trois leviers opérationnels d’investissement actionnés dans une forte dynamique d’accompagnement des acteurs, complètent ainsi de manière innovante le soutien actuel de la Fondation sous forme de subventions aux actions de lutte contre le mal-logement : l’investissement foncier, l’investissement financier et le conseil stratégique.

Un développement co-construit avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE et l’accompagnement de CO

L’intervention de CO a permis à la Fondation Abbé Pierre et à SOLIFAP de conduire les réflexions stratégiques préalables à la structuration de SOLIFAP (ambition, modèle économique, gouvernance, etc.) et de proposer un accompagnement à SOLIFAP dans la mise en œuvre opérationnelle de ses moyens d’action.

La soutien du Fonds d’Innovation d’AG2R LA MONDIALE a permis à SOLIFAP non seulement d’expérimenter et de développer son activité dans des conditions financières optimales, mais aussi de bénéficier de cet accompagnement, dans une logique de co-construction.

« Nous avons connu Pierre-Dominique Vitoux et le cabinet CO par l’intermédiaire de nos partenaires d’AG2R LA MONDIALE. Celui-ci nous a accompagné dans la phase décisive d’expérimentation de notre projet, puis dans son lancement auprès des associations et des institutions financières appelées à devenir partenaires de la Solifap. J’ai apprécié sa présence discrète, évitant les intrusions sur le fond du projet afin de laisser son pilotage politique aux responsables de la Solifap, ainsi que son esprit rationnel lui permettant de proposer un cadre méthodologique approprié à la conduite du projet. »

François Chaillou, Président de SOLIFAP