Pénates&Cité : un do-tank régional

Pénates&Cité est une plateforme d’innovation sociale régionale, dont la mission est d’accélérer l’adaptation des cadres de vie au bien-vieillir en Hauts-de-France. Elle réunit pour cela dans la durée des entreprises, acteurs associatifs et acteurs institutionnels de la région, afin de :

  • Faire : générer, soutenir, accompagner des projets de territoire innovants ;
  • Savoir-faire : réaliser une veille et une capitalisation de la Recherche et Développement née du croisement des différents regards, savoirs et expériences ;
  • Faire savoir : relayer les savoirs et savoir-faire de la plateforme auprès des acteurs et décideurs de la région grâce à la publication d’articles, l’organisation de séminaires et de rencontres.

 © Pénates et Cité

Bilan et perspectives après un an d’expérimentation

Le vieillissement n’est pas une question nouvelle et s’il semble s’accélérer au point de parler de « l’adaptation de la société au vieillissement », voilà bien longtemps que les acteurs économiques, scientifiques et sociaux se préoccupent d’adapter leurs services, d’approfondir leur connaissance, d’inventer des formes d’accompagnement pour améliorer la prise en charge des personnes âgées.

A la fin de l’année 2016 cependant, naît dans les Hauts-de-France l’association Pénates&Cité, un nouvel outil pour le territoire en faveur du bien-vieillir. Dès l’origine, Pénates&Cité est un projet collectif, dont les membres apportent les expertises et innovations de leurs différents secteurs d’activité pour développer des projets ambitieux et éclectiques qui améliorent le cadre de vie des personnes.

De façon très concrète, les acteurs qui décident de s’unir autour de Pénates&Cité sont :

  • AG2R LA MONDIALE, impulsant une dynamique constante dans le cadre du déploiement de son engagement sociétal dans la région ;
  • Rabot Dutilleul, une entreprise de construction et de promotion très implantée dans les Hauts de France notamment et qui voit là une opportunité de poser, avec de nouveaux acteurs, la question de l’habitat des personnes âgées ;
  • l’Institut Pasteur Lille, centre d’expertise très reconnu et qui souhaite se reconnecter avec les acteurs de terrain ;
  • l’Université Catholique de Lille, qui n’a de cesse de s’ouvrir aux acteurs du territoire pour imaginer de nouvelles politiques sociales.

Et c’est ensemble que tout devient possible, comme en témoigne Gilles Montagne, Responsable développement action sociale d’AG2R LA MONDIALE dans les Hauts-de-France :

« Les acteurs, notamment économiques, peuvent partager des mêmes convictions, elles ne se transforment en action que s’ils trouvent un véhicule commun. »

« La proximité relationnelle peut permettre des décalages par rapport au « business as usual » parce qu’elle autorise une prise de risque collective, et non individuelle. »

« Chacun dispose d’expertises souvent très poussées mais qui restent stériles si elles ne se mélangent pas à d’autres. Ensemble, cela prend une toute autre allure. »

Au départ, c’est avant tout la bonne volonté de ces acteurs qui noue l’association, une confiance réciproque et le choix d’investir de son temps dans un projet qui peut permettre d’avoir un impact plus important dans les projets qui sont portés.

Ces acteurs ont en commun l’intuition que de nouvelles formes d’agir doivent être imaginées pour améliorer le bien-vieillir dans la région, que cela passe par de l’innovation et sans doute de l’expérimentation, qu’il existe des problématiques propres au thème de la prévention, des territoires moins denses, de l’habitat. Point de discours de méthode à l’origine, moins encore de projets clés en main mais une volonté partagée de mettre en commun des savoirs et des savoir-faire.

Un club ou plutôt une plateforme

Autour de ce noyau se constitue ce qu’il faut bien appeler une plateforme d’acteurs. Des porteurs de projets associatifs qui sont à la fois des expérimentateurs à soutenir mais aussi des experts de leurs questions ; des nouveaux membres de l’association, issus de la sphère du logement ou du champ de la protection sociale,  qui vont peu à peu s’agréger aux acteurs originels ; des collectivités locales, d’abord avec prudence puis progressivement avec plus d’entrain.

Le mode opératoire est pragmatique : des projets nés sur le territoire des Hauts-de-France sont identifiés par les différents acteurs de Pénates&Cité, de maturité et d’impacts variés mais qui tous proposent de nouvelles formes d’intervention auprès des personnes âgées. L’association les instruit, les discute, les évalue et décide ensuite de les soutenir ou non. Les projets « incubés » bénéficient alors d’un double accompagnement : l’appui en expertise des membres de l’association et un soutien financier d’AG2R LA MONDIALE.

Ces échanges autour des projets est une des richesses de l’association car elle convoque non pas seulement des experts de la question sociale mais des entrepreneurs, des chercheurs, des paritaires, des individus dont la connaissance porte sur des dimensions complémentaires de l’innovation sociale (l’originalité, la reproductibilité, la soutenabilité, etc.).

« Nous ne sommes pas des sachants de l’action sociale, ce n’est pas notre métier. En revanche, nous regardons les projets avec notre regard d’entrepreneurs, de professionnels capables de juger de la pertinence d’un projet au regard de sa faisabilité.» Rodolphe Debord, Directeur Innovation et développement durable, Rabot Dutilleul

« Nous travaillons sur des grands projets de recherche, alors s’interroger sur l’impact de telles ou telles actions très locales, c’est à la fois différent de ce qui nous est demandé en général, mais aussi très stimulant car cela nous amène à reconsidérer comme on réfléchit sur ces questions dans notre quotidien. » Didier Bonneau, Directeur Général Adjoint, Institut Pasteur Lille

C’est une richesse et une contrainte à la fois puisqu’il faut inventer un vocabulaire commun dans des univers souvent éloignés les uns des autres. La solution imaginée jusqu’à aujourd’hui est de partir de projets concrets, à discuter pour les mettre en œuvre. Ces expérimentations alimentent ensuite la connaissance collective, en particulier sur les enjeux du territoire où se déploient les actions.

Une reconnaissance de Pénates&Cité par son environnement

Après 18 mois de mise en œuvre, Pénates&Cité est reconnue dans son environnement pour son originalité et son caractère précurseur. Dix projets ont été menés grâce à la plateforme, essentiellement dans les domaines de l’habitat et de la mobilité.

De plus, Pénates&Cité a créé un véritable écosystème régional composé de près de trente entreprises et représentants d’entreprises, associations et institutions.

 « Ce qui me vient spontanément, c’est l’extraordinaire dynamique collaborative territoriale de Pénates&Cité. En effet, elle mobilise efficacement des acteurs très différents dans une logique d’écosystème. Et tout cela a déjà permis d’agir concrètement : je pense par exemple à l’émergence de 4 programmes d’habitat senior dans la communauté de communes du Pays de Mormal (vaste et rurale) ou à la transformation d’une barre d’immeubles des années 60 en un lieu plus inclusif, à Halluin. » François-Marie Geslin, Membre du Comité exécutif d’AG2R LA MONDIALE en charge de l’engagement sociétal

Un modèle en apprentissage

Entre l’informel d’un club qui partage des préoccupations communes et un catalyseur de nouvelles initiatives, la ligne est pourtant parfois difficile à tenir, les attentes complexes à satisfaire.

Les premiers temps ont été ceux de circuits courts informels privilégiés pour l’efficacité. Aujourd’hui le temps est à la structuration et à l’invention de règles de coopération plus poussées.

« Ce sont toujours des temps d’échange intéressants, on apprend des uns et des autres. Après, il n’est pas simple de savoir ce que l’on peut vraiment apporter concrètement ». Sergio Cocco, Directeur adjoint Adicode, Université Catholique de Lille 

 On le voit, le fait de se réunir produit une connivence qui ne se traduit pas spontanément en coopération. Cette dernière repose sur une plus forte intégration, sur une mobilisation plus fléchée, plus organisée des compétences des différents membres, des processus de travail qui vont au-delà de la spontanéité des premiers échanges.

 « On sollicite mon avis, je partage mon expérience mais c’est vrai qu’il n’est pas simple de trouver de nouveaux projets et de savoir comment s’en saisir. » Jean-François Trochon, Président, Béguinages et Compagnie – société facilitant la conception et l’exploitation de logements adaptés aux personnes âgées

De plus, si la dimension « incubation de projets » a trouvé son chemin de développement, la valorisation du « savoir-faire » produit dans le cadre du collectif Pénates&Cité doit encore être renforcée, en réussissant à formaliser, évaluer et capitaliser les savoirs captés, dans leur complexité, préalable au « faire savoir », au-delà de l’association.

De nouvelles perspectives

Après quelques mois de fonctionnement et quelques réussites, Pénates&Cité suscite des attentes de la part de tous ses membres.C’est la raison pour laquelle ceux-ci ont entrepris l’effort d’une nouvelle structuration pour l’association en se dotant de nouvelles compétences :

  • Un comité scientifique pour identifier plus rapidement les sujets émergents sur lesquels Pénates&Cité peut avoir une valeur ajoutée ;
  • Un renforcement des processus de recueil et d’analyses des projets de sorte à pouvoir susciter des projets de la part des acteurs du territoire ;
  • Un rapprochement stratégique vis à vis de collectivités publiques et locales pour mieux positionner Pénates&Cité comme un outil qui vient en complémentarité pour maximiser l’impact de projets déjà en cours, et aller sur les terrains sur lesquels les collectivités n’osent pas, ne peuvent aller.

« Je pense qu’on n’est pas encore à plein régime, il s’en faut de peu et si on arrive à bien négocier les prochains mois, Pénates&Cité peut vraiment occuper la place de « laboratoire » d’innovation sociale du territoire régional. » Véronique Poncin, Directrice Régionale, AG2R LA MONDIALE

« Il faut se donner du temps, nous avons fait la démonstration que nos « intelligences » avaient des choses à s’apporter. Il faut maintenant passer à un rythme plus intense pour faire la différence. » Victor Outters, Directeur Général Icare, Groupe Sylvagreg, entreprise de conception et de construction d’habitat optimisé

« Depuis que je travaille avec Pénates&Cité, on a fait avancer des sujets qui restaient en plan, ça nous a mis en mouvement, ça nous a aussi un peu bousculés. On a besoin de ça je pense pour avancer. » Elu du Pays de Mormal

Cette nouvelle structuration de Pénates&Cité devra permettre d’améliorer plus encore l’accompagnement des projets qui ont déjà émergé et de ceux qui sont à l’étude : par exemple, la dé-précarisation de l’aide à domicile, ou la création d’un référentiel des projets d’aménagement rural pour le bien vieillir.

 A l’échelle nationale pour AG2R LA MONDIALE, Pénates&Cité suscite des aspirations à de futurs développements :

« Le concept de Pénates&Cité est à la fois pertinent, robuste et transposable. La possibilité d’essaimer apparaît donc très naturellement, tout en répondant également au critère de fort impact social que nous souhaitons pour nos actions. Nous pourrions envisager un essaimage sur d’autre régions sur des thématiques identiques ou différentes selon le contexte local, ou au niveau national sur une thématique transversale, celle des aidants par exemple, majeure à nos yeux. Comme vous le voyez, l’avenir est ouvert ! » François-Marie Geslin, Membre du Comité exécutif d’AG2R LA MONDIALE en charge de l’engagement sociétal

Plus d’informations sur cette initiative : www.penatesetcite.fr

Article rédigé par Morgan Poulizac, Plein Sens, et Eglantine Chollet, CO Conseil